Devenir un Professionnel de la Méditation

Publié le

Si vous êtes un créatif, avec des aspirations pour une vie productive et créative, vous devez lire «La Guerre de l’art» de Steven Pressfield. Pour nous, les méditants, le livre est aussi un trésor. C’est une lecture rapide et divertissante. Cependant, elle déborde de perspicacité et de sens pratique et peut vous donner un coup de pied au derrière, inspirant, pour entamer le virage vers une pratique spirituelle disciplinée.

Pressfield est un écrivain, plus connu pour son livre et ses adaptations cinématographiques, La Légende de Bagger Vance. (Incidemment, ce livre est écrit comme une version moderne de la Bhagavad Gita, situé sur le parcours de golf au lieu de la bataille.) Ainsi La Guerre de l’Art examine les performences du point de vue d’un écrivain. Mais comme vous le lisez, il suffit de remplacer le mot «écrivain» par «méditant» et vous verrez exactement ce que je veux dire. Parce que chaque fois que nous nous efforçons de nous améliorer, nous sommes tous confrontés à un ennemi commun. Pressfield appel cet ennemi « Résistance ». Qui sait pourquoi, mais quiconque s’attaque à une noble entreprise a fait face à cette même immatérielle et opposante force de la nature. Pressfield écrit :

Avez-vous déjà amené à la maison un tapis de course avec la ferme conviction de l’utiliser mais l’avez laissé prendre la poussière dans le placard ? Avez-vous trop souvent abandonné un régime, un cours de yoga, une pratique de méditation ? Avez-vous déjà sauté sur un appel vous offrant de vous engager dans une pratique spirituelle, ou vous consacrer à une vocation humanitaire, dédier votre vie au service des autres ? Avez-vous jamais voulu être une mère, un médecin et un avocat pour les faibles et les impuissants; à courir pour le bureau, partir en croisade pour la planète, partir en campagne pour la paix dans le monde, ou pour préserver l’environnement ? Tard dans la nuit avez-vous eu une vision de la personne que vous pourriez devenir, le travail que vous pourriez accomplir, l’être réalisé que vous étiez censé devenir ? Êtes-vous un écrivain qui n’écrit pas, un peintre qui ne peint pas, un entrepreneur qui ne démarre jamais une entreprise ? Alors vous savez ce qu’est la résistance.

La résistance spirituelle serait ce que nous appelons «le mental». Elle se manifeste au quotidien de différentes manière dans notre pratique de la méditation. D’abord dans l’acte apparemment simple de prendre le temps de s’asseoir. Il subvertit nos propres efforts pour nous asseoir physiquement dans la soudaine apparition d’une démangeaison, d’une douleur jusqu’ici passée indolore et dans d’innombrables autres formes. Lorsque nous avons surmonté ces petits obstacles, notre regard intérieur succombe, désespérément, en errance et assoupissement. Et si nous sommes bénis de surmonter ces obstacles, l’esprit lâche un ouragan de pensées pour attaquer notre attention.

Le nom que nous donnons à la résistance spirituelle n’est pas vraiment important. Quelque chose en nous ne veut pas nous voir grandir. C’est même chose s’est opposée à l’évolution spirituelle des chercheurs depuis le premier jour. La première étape pour surmonter cette force est d’accepter son caractère inévitable et redoutable, la regarder en face, et reconnaître notre besoin d’aide. Bien que le mental ne soit pas une mince affaire, notre âme et notre Maître spirituel sont beaucoup plus puissants.

Pressfield a d’excellentes suggestions très pratiques pour surmonter les nombreuses formes extérieures que la résistances prend. Je ne vais pas les dévoiler ici. Mais je veux partager une notion qui résonne particulièrement en moi. Il consacre une section entière du livre à cette dernière; il l’appelle « Devenir Pro. »

Pensez à la différence entre un professionnel et un amateur dans n’importe quel domaine. La plupart d’entre nous ont des carrières et des passe-temps, donc nous connaissons la différence : les amateurs sont barboteurs; les pros s’engagent entièrement. Pour les amateurs c’est de l’extra; pour les pros ça ne peut pas être facultative. Les amateurs sont là pour s’amuser; pour les pros, c’est une discipline de vie. Les amateurs donnent leur week-end, pour le pro c’est à n’importe quelle heure et à tout moment. Les amateurs se contentent d’une approximation ; Pour les pros le bien n’est jamais assez.

Donc la question est, sommes-nous des méditants amateurs, ou sommes-nous des pros ? Sommes-nous barboteurs ou totalement engagée ? La réponse n’a rien à voir avec le succès ou l’échec. Les Pros expérimentent les deux à la fois. C’est l’attitude que nous apportons à notre pratique, et les comportements quotidiens que l’attitude oblige. Il n’y a pas de raccourcis pour vaincre la résistance : un niveau pro de réussite nécessite des efforts de niveau professionnel.

Qu’est-ce qui est requis pour passer du statut de méditant amateur à celui de professionnel ? Un exercice utile est de prendre un certain temps seul, assis tranquillement, et de faire la liste des comportements qui vous aideront à franchir cette étape. Examiner la liste soigneusement. Quelques actions vont apparaître comme détentrices d’un impact potentiellement élevé; la bonté divine en vous les reconnaîtra. Choisissez-en une seule, engagez-vous à agir sur elle, et commencer à profiter des bénédictions spirituelles en devenant pro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *